Dharavi – petit tour dans l’un des plus grand bidonville du monde

On ne peut pas passer à Bombay sans penser au film Slumdog Millionaire et ses fameux bidonvilles, visibles dès l’aéroport.

Dharavi, l’un des plus grands bidonvilles du monde avec près d’1 Million d’habitants est aussi l’endroit le plus dense de la planète !

C’est pourquoi nous nous sommes posé la question d’aller y faire un tour.

On a beaucoup hésité, pas tant pour le côté sécuritaire (Dharavi n’est pas vraiment difficile d’accès pour les étrangers), mais plutôt sur la controverse du « tourisme de la pauvreté » qu’on ne voulait surtout pas encourager. Effectivement, la question se pose… Est-ce que l’on veut financer des visites et encourager des agents à se faire de l’argent sur la pauvreté des autres ?

Nous avons alors demandé à nos amis de l’incubateur Unltd India s’il existait une organisation qui s’occupait d’améliorer les conditions de vies de ce bidonville et ils nous ont tout de suite parlé de leur partenaire « Reality Tour ». Le but de Reality Tour est de montrer un tout autre visage du bidonville et surtout de réinvestir l’argent des visites dans l’amélioration réelle des conditions de vie des occupants des bidonvilles. Par ailleurs, les photos pendant la visite sont interdites ce qui évite d’autant plus l’effet « Zoo ».

Notre visite a donc pris un tout autre sens.

Nous sommes partis un matin pour une visite de 3h à la découverte de ce Bidonville. Ce qui nous a frappés en premier est le professionnalisme des guides de reality tour. Souvent issus du bidonville, les guides sont reconnus et appréciés des habitants. Notre guide nous a mis très à l’aise et nous ne sommes jamais senti en insécurité. La deuxième chose frappante est leur position très dure vis-à-vis du film Slumdog millionaire. Ils ont souvent critiqué la vision très négative que ce film fait du bidonville et c’est vrai que ce que nous en avons vu est tout à fait différent.

La visite à travers le bidonville est construite en 2 sections principales, la partie « commerciale » et la partie « résidentielle ».

Nous avons commencé la visite par la partie « commerciale » du bidonville. En fait Dharavi est une véritable économie qui génère d’énormes revenus. Souvent cachée car cela ne fait pas toujours bonne presse de vendre des produits fabriqués dans le bidonville.

“Le chiffre d’affaire annuel est estimé à plus de 500 millions de dollars”

Cuir, textiles, poterie et surtout plastique recyclés sont parmi les produits fabriqués à l’intérieur de Dharavi par les habitants des bidonvilles.

Les travailleurs indiens viennent souvent de loin pour travailler quelques mois et accumuler un peu d’argent avant de repartir dans leurs villages.

Les parties résidentielles sont regroupées en fonction communautés religieuses mais elles cohabitent bien entre elles, les maisons sont toutes en briques avec les toits en tôles. (Lire plus à propos du Development Rehabilitation Program : http://indianexpress.com/article/cities/mumbai/dharavi-project-state-likely-to-hand-over-four-sectors-to-private-developers/)

C’est vrai que le bidonville est extrêmement dense mais tous les habitants ont accès à l’eau et l’électricité. La plupart des enfants vont à l’école et il y a même un système de ramassage d’ordures (certes il ne passe pas assez souvent), néanmoins les conditions restent très difficiles. Les toilettes sont bien trop peu nombreuses pour subvenir à tout le monde, le système d’égouts est presque impossible dans ce dédale de ruelles, le manque d’hygiène est bien présent et les maladies peuvent se propager vite. 

Dharavi

 

Dharavi

Reality tours a créé une entreprise éthique qui emploie les habitants des bidonvilles et collecte des fonds pour la communauté.

80% des bénéfices des tours, après salaires et taxes, sont investis dans Dharavi

ce qui signifie environ 40% du chiffre d’affaires annuel de la société reversés à la communauté.

Après avoir discuté des besoins de la communauté avec certains résidents, Reality Tours a créé un centre communautaire dans Dharavi pour fournir des cours d’informatique et d’anglais, en utilisant les recettes des visites organisées.

Ils ont ensuite souhaité étendre leur travail social et ont finalement créé réalité Reality Gives, une ONG dédiée entièrement au soutien de la communauté.
La mission de Reality Gives est de fournir une éducation de qualité aux enfants du bidonville.

Les projets qu’ils conduisent:

  • Ashayen Community Center: point de collecte et de ressources pour la communauté Dharavi y compris des cours d’informatique, danse, cours de théâtre, centre de santé …
  • The Youth Empowerment Program destiné aux jeunes adultes. C’est un programme de quinze semaines où des jeunes de Dharavi peuvent apprendre les rudiments de l’informatique, l’anglais et améliorer leur employabilité globale.
  • Muskaan School: un jardin d’enfants qui emploie une méthodologie d’éducation centrée sur l’enfant, développée localement et enseigne à 3-5 enfants par an à Dharavi avec des méthodes expérientielles
  • Curriculum development: travail avec des experts internationaux pour développer des programmes d’études, créant des programmes uniques pour les besoins de la communauté
  • Girls football for development: les filles, souvent négligées gagnent de la confiance en elle grâce au sport
  • Front foot cricket academy: gagner en confiance et apprendre davantage sur le travail d’équipe, le respect, la discipline grâce à des entraîneurs qualifiés.

A date:

  • 400 étudiants bénéficient de formations et cours spécifiques
  • 130 enfants bénéficient des programmes sportifs et d’éducation.
  • 15 femmes venant du bidonville sont désormais professeurs d’anglais

Cela peut sembler peu à l’échelle de Dharavi mais l’éducation est vraiment personnalisée, ce qui donne aux enfants une réelle opportunité de se créer un meilleur avenir.

Reality Tours a reçu le plus grand honneur au « Forum mondial du tourisme responsable » en 2012. Ils ont finalement répliqué et étendu leur modèle d’entreprise sociale unique en dehors de Mumbai et font des visites à Delhi, au Rajasthan et dans le Kerala. Leur but est de soutenir de plus en plus de projets de développement social dans d’autres communautés.

« Nous espérons également d’élargir notre impact à Dharavi. Nous travaillons constamment à l’amélioration de nos projets existants – ceux que nous conduisons nous même et ceux que nous soutenons. En outre, nous avons de plus en plus de contacts avec des ONG et des particuliers pour augmenter notre impact en matière d’éducation, mais aussi de santé et d’environnement pour nos communautés « .

 

A la fin du tour, nous avons pu assister à une danse de rue pour un marriage :)